Poursuivant la série d’annonces liées aux GTC ce matin, NVIDIA propose une nouvelle mise à jour sur l’état de son projet d’unité de traitement de données (DPU). Une initiative héritée de Mellanox dans le cadre de cette acquisition, NVIDIA et Mellanox discutent de leurs DPU BlueField-2 depuis la majeure partie de l’année dernière. Et maintenant, la société approche enfin d’une date de sortie, avec l’échantillonnage des DPU BlueField-2 maintenant, et devrait être expédié en 2021.

Initialement éclos par Mellanox avant l’acquisition de NVIDIA, le DPU était l’idée de Mellanox pour la prochaine génération de SmartNIC, combinant leur équipement réseau avec un Arm SoC modérément puissant pour décharger diverses tâches du système hôte, telles que la mise en réseau et le stockage définis par logiciel, ainsi que des moteurs d’accélération dédiés. Mellanox travaillait sur le projet depuis un certain temps et, bien que les produits BlueField originaux aient connu une version relativement discrète l’année dernière, la société a travaillé dur sur Bluefield-2, que NVIDIA a depuis élevé à une position beaucoup plus grande.

Cette deuxième génération de matériel accéléré par DPU sera sous le nom de BlueField-2, et les deux sociétés en parlent depuis la majeure partie de l’année écoulée. Basé sur un SoC personnalisé, le SoC BlueField 2 utilise 8 cœurs Arm Cortex-A72 ainsi qu’une paire de moteurs d’accélération VLIW. Tout cela est ensuite associé à une carte réseau ConnectX-6 DX pour une connectivité réseau réelle. À un niveau élevé, le DPU est destiné à être la prochaine étape dans le mouvement progressif vers des accélérateurs spécifiques au domaine dans le centre de données, offrant un processeur plus spécialisé qui peut décharger les charges de travail de mise en réseau, de stockage et de sécurité du processeur hôte.

Étant donné leur succès sur le marché des centres de données en élargissant les applications pour les GPU, il est facile de voir l’intérêt de NVIDIA pour le projet DPU: c’est un autre morceau de silicium qu’ils peuvent vendre aux constructeurs de serveurs et aux opérateurs de centres de données, et sape encore plus l’importance de celui-ci. chose que NVIDIA n’a pas, un processeur de classe serveur. Donc, bien que ce ne soit pas un projet déclaré par NVIDIA, c’est un projet sur lequel ils sont pleinement intégrés et développés.

Étant donné que l’essentiel de l’annonce de DPU est un récapitulatif pour NVIDIA, les plans de produits réels pour BlueField-2 n’ont pas changé. NVIDIA lancera deux cartes équipées de DPU, la BlueField-2 et la BlueField-2X. Le premier est un SmartNIC plus traditionnel avec le DPU et 2 ports Ethernet / InfiniBand 100 Gb / seconde. Cela lui permet d’être utilisé pour la mise en réseau ainsi que pour les tâches de stockage telles que NVMe-over-Fabrics.

Pendant ce temps, le plus grand Bluefield-2X intègre un DPU ainsi que l’un des Ampères-GPU de NVIDIA pour une accélération supplémentaire via l’informatique en réseau, comme NVIDIA aime l’appeler. NVIDIA n’a pas divulgué le GPU utilisé sur le BlueField-2X, mais si ces rendus sont précis, le nombre de puces mémoire indique qu’il s’agit du GA102, la même puce entrant dans les cartes vidéo haut de gamme de NVIDIA. Ce qui ferait de BlueField-2X une carte très puissante en ce qui concerne les performances de calcul.

Et les projets de NVIDIA ne s’arrêtent pas aux produits BlueField-2. La société a prévu une série de cartes basées sur BlueField-2, qui seront commercialisées sous le nom de famille BlueField-3 et BlueField-4 au cours des années suivantes. BlueField-3 sera une version améliorée de BlueField-2, avec des cartes DPU et DPU + GPU séparées. Pendant ce temps, BlueField-4 sera la première partie où l’influence de NVIDIA se transforme en silicium central, la société prévoyant un seul DPU hautes performances capable de surpasser considérablement les conceptions DPU + GPU discrètes plus faciles. Au total, NVIDIA s’attend à ce que BlueField-4 offre 400 TOPS de performances d’IA.

Tout cela, à son tour, viendra avec l’adoption traditionnelle par NVIDIA du matériel et des logiciels. La société cherche à refléter sa stratégie CUDA avec les DPU, en proposant l’architecture Infrastructure-on-a-Chip du centre de données (DOCA) comme pile logicielle et modèle de programmation pour les DPU BlueField 2 et versions ultérieures. Cela signifie assembler des SDK de haute qualité à utiliser par les développeurs, puis étendre la prise en charge de ces SDK et bibliothèques sur plusieurs générations. NVIDIA est clairement en train de faire décoller DOCA, mais si l’histoire est une indication, le logiciel jouera un rôle énorme dans la croissance du marché SmartNIC, tout comme il l’a fait pour les GPU une décennie auparavant.

Pour conclure, les premières cartes BlueField-2 sont désormais échantillonnées chez les partenaires de NVIDIA. Pendant ce temps, les expéditions commerciales commenceront en 2021 et les expéditions BlueField-3 pourraient suivre dès 2022.