L’un des éléments clés que j’ai toujours trouvé frustrant avec le développement de logiciels de base est qu’il peut souvent être assez difficile d’obtenir réellement le matériel que vous souhaitez optimiser et d’obtenir une interaction physique qui n’est pas retardée par la mise en réseau ou la journalisation. ou autre chose. Avoir une plate-forme de développement sur le bureau garantit cet accès direct, et pour les fournisseurs non x86, je les demande depuis un certain temps. Heureusement, nous commençons maintenant à en voir apparaître, et Avantek, l’un des détaillants de serveurs Arm, a construit une station de travail Ampere eMag à partir d’une carte serveur, avec quelques astuces intéressantes pour l’adapter. Ils nous en ont envoyé un pour jeter un œil.

Alors qu’Andrei teste le système pour notre examen complet, je voulais prendre un peu de temps pour avoir un aperçu physique de ce à quoi ressemble l’un des premiers postes de travail du serveur Arm. Ce système n’est pas construit par Ampere, mais par Avantek, qui prend l’une des cartes mères Ampere eMag et les place dans un châssis de PC grand public de Be Quiet, puis modifie le châssis pour l’adapter à la carte mère de la taille d’un serveur. Cela implique une personnalisation, étant donné que la carte mère du serveur n’a pas les trous E-ATX standard ou les espacements PCIe pour le panneau arrière. Ce châssis particulier a l’option d’un panneau latéral transparent et de LED – Avantek dit que malgré ce marché qui n’est pas le destinataire typique de cette esthétique plus grand public, ils avaient la demande!

À l’intérieur du système se trouve un serveur Ampere eMag à 32 cœurs, avec 256 Go de mémoire DDR-2666 à huit canaux, un SSD WD Black SN750 NVMe de 500 Go, un SSD 960 Go Micron 5300 Pro SATA à l’arrière, une alimentation Corsair VS 650W et un accélérateur graphique AMD Radeon Pro WX 5100, connecté via un câble vertical PCIe pour être vertical. Cela est dû à un placement maladroit des emplacements PCIe, comme nous le verrons un peu.

La puissance délivrée au processeur 125 W se fait par une conception à 5 phases, utilisant ce qui ressemble à des selfs à noyau en cuivre standard. Néanmoins, ceux-ci sont évalués pour un environnement de serveur.

Le refroidisseur de processeur semble très standard pour un PC de type tour, avec ce qui ressemble à 5 caloducs de double taille et un ventilateur puissant avec des chicanes supplémentaires pour diriger le flux d’air.

Revenons à la mémoire et nous avons huit modules DDR4-2666 de 32 Go de RDIMM de Samsung.

Donc un mot sur le câblage. Derrière le GPU, il y a un connecteur USB 3.0 pour le panneau avant, mais en raison du placement, Avantek utilise un adaptateur à angle droit ici, avec le câble du panneau avant passant finalement derrière la carte mère. Les ports SATA à gauche sont à l’écart, mais il y a ce gros câble d’alimentation à 24 broches qui passe par l’avant de la carte mère, plutôt que derrière. En effet, le Corsair VS 650W est un modèle entièrement câblé, avec des longueurs fixes. Ce type de câblage serait standard pour une version serveur, mais une version modulaire pourrait être un peu plus ordonnée et offrir également un potentiel de câblage personnalisé si les longueurs ne convenaient pas. Cela étant dit, le 650W est un modèle 80 PLUS «Blanc» et assez facilement pour le processeur 125 W et une carte graphique 75W max. Si les utilisateurs décident de spécifier un GPU plus puissant, cette alimentation le gère facilement.

Pour les emplacements PCIe, vous remarquerez que nous avons deux emplacements PCIe 3.0 x16 l’un à côté de l’autre, à côté d’un emplacement OCP. Encore une fois, dans un châssis de serveur, cela peut être très courant, étant donné que les périphériques complémentaires reçoivent généralement des câbles de montage. Afin de faire tenir cette carte mère dans le châssis, Avantek a utilisé un câble de montage pour le montage GPU avec quelques modifications.

Ici, nous voyons le câble montant Phanteks avec le GPU AMD. La personnalisation du châssis, comme illustré à droite, se produit sur le panneau arrière, étant donné que ce châssis n’a pas été conçu pour un GPU vertical. Il y a des châssis sur le marché qui ont des configurations verticales, mais Avantek n’a pas pu trouver le bon qui pourrait également assez bien s’adapter à cette carte mère. Ils sont plus qu’heureux de prendre des suggestions pour la prochaine génération, mais ils doivent également équilibrer les niveaux sonores.

Avantek a coupé la plupart des supports de GPU horizontaux ici pour placer la carte graphique sur un support vertical personnalisé. À l’arrière du châssis, nous voyons également le ventilateur unique de 120 mm et le panneau IO, composé d’un port Ethernet Gigabit Intel I210-AT, de deux ports USB 2.0, d’une sortie D-Sub du BMC et d’un port COM. Il y a un autre port Ethernet, encore une fois pour le BMC.

Voici la conformation de ce contrôleur I210-AT.

Voici le BMC, une puce ASPEED AST2500 très courante associée à une mémoire Micron. Cela permet l’interface 2D sur le connecteur D-Sub, ou la surveillance et le contrôle du système via le port Ethernet.

À l’avant du châssis, il n’y a pas d’ODD supplémentaires dans les baies, mais nous avons deux ventilateurs avant.

Nous allons retirer le refroidisseur de processeur pour une photo lorsque nos tests seront terminés, juste au cas où (!). Mais pour ceux qui sont intéressés, voici le lscpu:

Ce système basé sur Ampere eMag Arm est unique à Avantek, et comme nous l’avons déjà vu chez AnandTech, et commence à ~ 2795 $ pour le modèle de base, avec 8 Go de DRAM et un SSD de 240 Go. La station de travail n’est proposée qu’avec un seul SKU de processeur, l’eMAG 8180. À ne pas confondre avec le 8180 d’Intel: celui-ci a plus de cœurs! L’eMAG 8180 est une conception à 32 cœurs fonctionnant à 2,8 GHz avec un turbo jusqu’à 3,3 GHz, avec un TDP de 125 W. Il s’agit d’un eMAG de première génération, qui utilise l’ancienne microarchitecture AppliedMicro Skylark, une conception personnalisée de Arm v8 avec 32 Mo de L3, 42 voies PCIe et huit canaux de mémoire. Avantek propose le système avec trois cartes graphiques en option: AMD FirePro W2100, Radeon Pro WX 5100 et NVIDIA Quadro GV100. Les options du système d’exploitation sont des variantes de Linux: Ubuntu, CentOS, SUSE SLES et openSUSE

Comme mentionné, nous prévoyons une révision complète du processeur eMag sous peu en tant que système de développement. Techniquement, Ampere a déjà annoncé son matériel de prochaine génération, l’Altra à 80 cœurs basé sur les cœurs Arm N1, pour plus tard cette année, mais l’eMag existe depuis un certain temps et il est agréable d’obtenir des chiffres pour le comparer, en particulier compte tenu de ceux qui ont déployé eMag conservera probablement ce matériel pendant plusieurs années.

Avantek cherche également à construire un modèle de poste de travail basé sur Altra, si la demande est suffisante. Mais j’aimerais aussi voir les systèmes de station de travail ThunderX2 / X3, les systèmes de développement Phytium, les systèmes de développement Graviton2, et quand il s’agit, les systèmes de développement Nuvia.

Pour les utilisateurs qui développent des logiciels spécifiques au matériel, préférez-vous les systèmes locaux sur lesquels travailler, ou les ressources cloud / non locales? Que voulez-vous voir dans un prochain poste de travail? Faites le nous savoir dans les commentaires.

Lecture connexe