Microchip fait son entrée sur le marché des puces de resynchronisation PCIe avec une paire de nouvelles resynchronisations prenant en charge la vitesse de liaison 32 GT / s de PCIe 5.0. Les nouvelles puces XpressConnect RTM-C 8xG5 et 16xG5 étendent la portée des signaux PCIe tout en ajoutant moins de 10 ns de latence.

À mesure que les vitesses PCIe ont augmenté, la plage pratique de signaux PCIe sur une carte de circuit imprimé a diminué, obligeant les serveurs à commencer à inclure des répéteurs de signal PCIe. Pour PCIe gen3, principalement analogique rivière Rouge les puces étaient souvent suffisantes pour amplifier les signaux. Avec PCIe gen4 et surtout gen5, les répéteurs doivent être resynchronisations qui fonctionnent dans le domaine numérique, en récupérant l’horloge et les données à partir du signal d’entrée en tenant compte du protocole PCIe pour retransmettre une copie propre du signal d’origine. Sans resynchronisation, les signaux PCIe gen5 n’ont qu’une portée de quelques pouces, sauf si des PCB coûteux à faible perte sont utilisés, de sorte que les grands serveurs montés en rack avec des risers PCIe à l’arrière et des baies de lecteur à l’avant auront probablement besoin de resynchronisations à plusieurs endroits.

Les nouveaux resynchronisations XpressConnect de Microchip ajoutent moins de 10 ns de latence, bien mieux que les exigences PCIe d’environ 50 à 60 ns. Cela permet également de rendre les nouvelles resynchronisations XpressConnect adaptées à une utilisation avec CXL 1.1 et 2.0, qui utilisent la même signalisation de couche physique que PCIe gen5 mais ciblent des cas d’utilisation plus sensibles à la latence. Ces resynchronisations sont les premiers produits Microchip à prendre en charge PCIe 5.0, mais le reste de leur gamme de produits PCIe, y compris les commutateurs PCIe et les contrôleurs SSD NVMe, migrera également vers PCIe gen5.

Les resynchronisations XpressConnect sont disponibles en variantes à 8 voies et 16 voies, toutes deux prenant en charge la bifurcation vers des largeurs de liaison plus petites, de sorte qu’un seul resynchronisation peut être utilisé pour plusieurs liaisons x1, x2 ou x4. Les resynchronisations sont conformes aux spécifications d’Intel pour l’empreinte BGA et les brochages des resynchronisations PCIe (13,4×8,5 mm pour 8 voies, 22,8×8,9 mm pour 16 voies), de sorte que ces puces seront éventuellement en concurrence avec des alternatives qui pourraient être utilisées comme drop-in remplaçants.

Les utilisations courantes des resynchronisations PCIe seront sur les fonds de panier de baies de disques, les cartes de montage et sur les grandes cartes mères pour étendre PCIe 5.0 aux emplacements les plus éloignés du processeur. Les puces de resynchronisation ne seront pas nécessairement nécessaires pour chaque liaison PCIe ou CXL dans un serveur, mais elles vont devenir une composante de plus en plus vitale de l’écosystème PCIe à l’avenir. Les connexions PCIe / CXL avec une courte distance entre le CPU et le périphérique et peu de connecteurs ne nécessitent généralement pas de resynchronisation, et les cartes de montage ou d’adaptateur qui utilisent des commutateurs PCIe pour déployer la connectivité PCIe vers un plus grand nombre de voies retransmettent déjà les signaux et donc pas besoin de resynchronisations supplémentaires.

Les resynchronisations XpressConnect PCIe 5.0 / CXL 2.0 de Microchip sont actuellement échantillonnées pour les clients et sont en cours d’intégration dans une conception de référence Intel pour les cartes de montage PCIe. La production de masse débutera en 2021.